Concept Store

28 mai 2010

Nouveau concept store

Bon ça y est c'est sorti ! tout est là, à la fin de la pub. Merci à canalblog pour son hébergement gratuit pendant plus de 2 an, et see your sur www.concept-store.fr !

Posté par martingalle à 18:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]


16 avril 2010

GRAND OPENING

cs_logo2

NEW CONCEPT STORE GRAND OPENING...

COMING SOON (MAY 15th 25th 27th ;-)

on y arrive, on y arrive... !

                              

Posté par martingalle à 00:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mars 2010

Nissan joue à Qashqai

L’avantage des couleurs, c’est qu’elles captent l’attention. Alors quand elles explosent, qu’elles coulent et que ça en mets plein partout, statistiquement ça a plus de chances de marcher. Et « ça » c’est la dernière campagne pour la Nissan Qashqai qui en a pris pour 2 semaines d'enfermement parisiens. Pour promouvoir la voiture, la marque a utilisé le pot complet pour ses clients potentiels, avec l'aide de TBWA\Paris. Dans un premier temps on remarque que tous les supports des stations de métro sont recouverts de la même publicité, c’est un premier effet positif, puis, quelques jours plus tard, rajout de taches de couleur partout sur les murs, ie en dehors des surfaces prévues pour… On s’attend à une campagne longue mais on est bluffé par le départ. Et plus ça coule, plus ça roule, les usagers du métro prennent la voiture en peinture numérique.

nissan_joue_a_qashqai_intro

nissan_joue_a_qashqai_metro

nissan_joue_a_qashqai_affiche


Cependant, si le planning media est plutôt bien tartiné (la longévité de la colle devient pénible au bout de 10 jours), les visuels posent tout de même plusieurs questions. Petite étude entre amis…

 

 

  • wtf : what the fuck le paint ball ? pour la maniabilité ? pour le côté ville, mais je joue aussi le côté campagne ? pour rappeler la pub pour l’écran Bravia (clairement exprimée dans les spots TV) ?

 

 

  • UrbanProof : en français « résistant à la ville ». Effectivement un 4*4 en ville c’est plutôt un contre-sens, mais à y regarder de plus prêt, qu’est ce que ferait ce 4*4 en montagne ? Dans tous les cas, quel intérêt d’écrire « URBANPROOF » avec les lettres des enseignes de la ville ? En jouant à deviner ce qu’il y avait derrière ces enseignes, on ne trouve en effet rien de satisfaisant… Uribian ? protof ?... Le jeu ne vaut pas la bougie...

 

  • Les taches de couleur : si vous n’aviez pas fait attention (en fait si vous n’avez pas attendu, ou pris le métro cette semaine), certaines taches prennent la forme de loup (au dessus des enseignes), de tête de mort  (bottom right) ou d’autres animaux… pourquoi ? Peut être pour symboliser les autres véhicules qui agressent la Qashqai. Mais pourquoi alors sur le mannequin la tache devient-elle une robe ? Mention spéciale tout de même pour la personne qui se prend une grosse tache de violet en guise de mascara sur l’affiche de fond, résultat équivalent à une application dans le métro…

 

Le concept est plutôt bien réalisé, mais il y aurait un peu trop d’idées dans la même idée, ce qui n’est jamais bon. Au risque d'en rajouter une couche, le gros intérêt de la campagne réside dans le media planning car l’agence a réussi à faire de la publicité en dehors des encarts prévus. En effet, la créativité liée aux taches supplémentaires est certes intéressante, mais l’incroyable est que l'apposition du nom de la marque sur certaines taches, et donc sur les murs du métro, là où d’habitude les porcelaines se battent la vedette… La marque a trouvé des lieux de publicité cachés.

Dans tous les cas, il va falloir laisser l’endroit dans l’état ou on l’a trouvé en entrant…

nissan_joue_a_qashqai_tache2


Et si vous regardez d'un peu plus près les représentations graphiques de notre ville, vous vous apercevrez que ça coule pas mal. Ne manquez pas l’occasion de vous attarder sur le festival artistique étudiant « ICI et DEMAIN » qui dure encore jusqu’au 18 mars. Et comme le coucou en vaut la peine, conceptstore sera mercredi soir à la représentation de Roberto Zucco, maison des Pratiques Artistiques Amateurs. Ci-dessous les visuels de 2009 et de 201O (réalisation graphique Bornstein et Sponchiado).

nissan_joue_a_qashqai_ici_2009

nissan_joue_a_qashqai_ici_2010

 

Posté par martingalle à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 mars 2010

L'Epris se barre (phonétique pluriel)

code_barre_front_les_echosDébut Février, les Echos l’avaient prévenu : c’est la fin des prix. En réalité, l’article des Enjeux des Echos montre que ce sont les prix fixes qui ont disparu, avec une relation à la valeur en berne. En plein milieu de la crise de la surconsommation, à coups de déstockages, d’opérations promotions, de low-cost et d’e-commerce, le prix est une notion fluctuante. Preuves en sont les nombreux sites de comparaisons des prix Kelkoo, Monsieur Prix..., les distributeurs devant eux-mêmes développer leurs propres moteurs de recherche pour se justifier. La guerre est totale pour trouver et prouver qui a le meilleur prix : auparavant, la différence était remboursée 2 ou 3 fois, mais c’était à vous d’aller justifier les différences; aujourd’hui la différence saute aux yeux grâce aux distributeurs, (E-Leclerc www.quiestlemoinscher.com). Un des exemples le plus frappant est celui de Surcouf avec sa campagne à la ligne éditoriale toujours décalée :essayant de faire revenir ses concurrents dans ses magasins : là ou E-Leclerc semble se battre contre ses concurrents de briques sur ciment, la marque  d’ordinateurs se bat contre ses concurrents de bits sur écran.

 

code_barre_modanoo_surcouff


Pour signifier l’absence de prix, même l’expression littérale « prix barrés » fait joliment référence au code-barres. Dans le monde logoceptuel, nombreuses sont les entreprises qui profitent de leur marque visuelle pour inscrire quelques barres du code-prix, une façon de rappeler à ses clients que « nous, nous, nous c’est le prix ».

code_barre_logoceptuel


3ième semaine de janvier, c’est au tour de Carrefour de proposer une nouvelle partie prix en lançant son outil promotionnel PROMOLIBRE. Les discounts, soldes et autres rabais ne sont plus imposés au client, mais choisis par eux-mêmes. En réalité, les promotions s’afficheront sur les produits les moins chers du caddie moyen. Visuellement, l’enseigne a choisi de franchir le rideau du prix fixe avec un chaperon rouge à la tignasse brune sans panier.  Les visuels très marquants sont relayés par les spots télé qui   vous donnent les clés de compréhension de l'opération au moyen d'une campagne humoristique utilisant la voix du comique belge Stéphane de Grodt (« Clovis, dans ta chambre »).

code_barre_carrefour

A l’intérieur du dossier des Echos, le code-barres s’affolent, les barres sont désolidarisées des chiffres, un peu à la manière de la campagne du centre commercial Portal La Dehesa qui fait pleuvoir des promotions ; la verticalité des prix rejoint le tracé de la pluie, les chiffres renvoyant l’écho des gouttes. Effectivement, le code-barres allie la rigidité du trait à la rotondité des chiffres.  

code_barre_portal_dehesa_echos

 

Autre piste de réflexion pour des prix déjà barrés qui se barrent d’eux-mêmes, c’est le fameux Wanted avec un profile en 2D qui reflète la perplexité de la recherche…

code_barre_perso

Posté par martingalle à 09:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2010

Dans l'air du temps

on_airJe vais essayer de tenir la distance pour une série de posts consacrés à un des 4 éléments : l'air. Une occasion intéressante de montrer dans quelles mesures nous interagissons avec ce monde intermédiaire entre la terre et le ciel : comment l'utilisons-nous, qu'y faisons-nous, comment le regardons-nous, comment nous y déplaçons nous... et quelle imagination nous y développons, nous pauvres terriens.

Pour commencer, partons de l'actualité avec le film du moment "Up in The Air", remake du livre de Walter Kirn (2001), réalisé par Jason Reitman (débuts officiels avec The Office US saison 5, bankable avec Juno), avec monsieur Georges Clooney (what else): un film bien essayé dans lequel un spécialiste en licenciement comprimé dans son rôle, essaie malgré lui de redescendre sur terre. Quelques scènes bien travaillées et le regret que les plans d'avion ne se rapprochent pas de terre à la mesure de son acteur principal. Dans l'ensemble on regarde l'heure, on se surprend à chercher la machine à café, on rit parfois et on en tire quelques bonnes morales. Pour anecdote, on y trouve également une belle musique de fin ayant remis le musicien Kevin Renick sur les rails (ici). Ci-dessous deux couvertures duécrit livre pour mieux apprécier comment les choix graphiques de chaque édition entraînent le lecteur sur des pistes différentes. Dans ce film, l'air est donc philosophique, mais pour mieux nous ramener à terre.

IN_the_air

En regardant si quelqu'un avait bien pu marcher en l'air comme Jésus l'avait fait sur l'eau, nous nous orientons vers un dessin animé anglais du début des années 80  "The Snowman" (sorte de Pinocchio de neige) avec ci-dessous la superbe VO d'un générique aux faux airs de Peter Pan. Si l'air peut donc être porteur, c'est également le sol de notre imagination.

John Paul Young nous donne également une petite idée de ce qu'il peut bien avoir dans l'air, en plus d'une forte odeur de crise et de pollution: c'est bien entendu l'Amour, notion ultra présente dans notre société de consommation moderne, sauf dans mes draps. Une bande son et un slogan repris maintes et maintes fois par la publicité. Pour la St Valentin 2010, c'est la maison Cacharel, légitimée par son parfum Amor Amor, qui a repris la rengaine sur un site dédié, et en août 2007 c'était Cadbury qui utilisait un Gorille et la chanson de Phil Collins "In the Air tonight" pour une vidéo virale exceptionnelle. L'air qui permet la communication par la transmission des sons et des odeurs est donc également transmetteur de notions intangibles (sentiments, pigments, rumba...).

Et puisqu'avec ce dernier exemple, nous sommes "on air", c'est à dire en enregistrement, rappelons nous la scène d'Air Guitare du film de Rémi Bezancon "Le premier jour du reste de ta vie", dans lequel Marc André Grondin (CRAZY, Che 2' partie) interprète le champion de France d'Air Guitare. Attardez-vous sur le site belge du genre qui nous donne quelques perles et un rendez vous pour son prochain championnat (ci-dessous le championnat 2009, sur une bande son du groupe Finnois Sweatmaster Animal qui vaut le coup), c'est énorme ! L'air est ici absence et transparence.


En bonus un retour sur le groupe mythique AIR, avec le clip très terre à terre "Playground Love" qui est déjà intéressant pour un  titre pesant dans son association lexicale. Composé d'extraits du film Virgin Suicide (Sofia Copolla, Kirsten Dunst, Josh Hartnett...), il inclut étonnamment le chanteur sous la forme d'un ... chewing gum. On aurait peu s'en passer...






11 février 2010

L'effet boule à neige

Comme une boîte à vache, la clé d’activation de la boule à neige est une rotation de 180°. Suite au deuxième « 180° », le  paysage s'enflamme au gré des tourbillons de flocons pour le plus grand ravissement des petits. Savoir-faire des maîtres verriers, datant vraisemblablement de l’exposition universelle de 1889, la bulle, boostée par les congés payée, est devenue objet touristique, permettant d'enfermer tout un monde de souvenirs (plages de Fort Myers SW de la Floride). Poursuivant l’évolution du marketing et de l’art, cette boule de cristal du passé est devenue objet promotionnel, packaging, lieu évènementiel et touristique. Quoi de plus normal en effet pour cet  objet qui révèle à la fois les notions de rotondité (rond, sphère, boule, cercle), de souvenir (passé, boule de cristal, cerveau), de monde intérieur (bulle, solitude, enfermé), de saison (neige, hiver, flocons) ou encore de mouvement (agitation, renverser) et de magie. Voyez comme les médias suivants ont utilisés ce secoueur d'imaginaire, à commencer par le web avec les "Rendez-vous Hiver 2009"  développé par l'agence V pour Volkswagen. Vous noterez le concept poussé jusqu'à secouer la boule à neige afin de faire apparaitre les offres, ainsi que le bon ordre des lettres du texte d'accueil.

Rendez_vous_hiver


Le Crédit Agricole Ile de France  profite de Noël 2009 pour faire la promotion hors média de ses prêts à consommer personnels "renversants", pendant qu'Eric et Ramzy, isolés dans un Paris vidé de ses habitants (Seuls Two), essaient d'interrompre le cours de leure histoire et en même temps la paroi de leur monde de solitude. Objet Promotionnel pour CIDSE "Grow Climate Justice" jouant sur la notion de climat,  Goodies pour M&Ms enfermant son personnage dans une ambiance hivernale et packaging pour la marque de vodka Grey Goose Vodka intégrant les flocons de neige dans une paroi en verre escamotable (rappelant par ailleurs ses oies modèles). La dernière publicité enfin est superbe car elle utilise les notions de cerveau (souvenir + de forme arrondie) et de flocons de neige afin de promouvoir son produit antipelliculaire "LINIC". Jusque là c'est l'utilisation la plus brillante du concept boule de neige que j'ai pu voir ;-)

Autres_medias

Divers

            

Pour terminer n'oublions pas la notion de monde fantastique que cet espace clos renferme. S'il n'est pas aisé de se rapetisser pour y accéder, en revanche il est plus facile d'agrandir la bulle pour s'y glisser. L'effet procuré est magique et permet aux heureux visiteurs de pénétrer dans un monde parallèle enchanté, à la façon se Sky News inaugurant ainsi sa nouvelle chaîne, ou ne l'oublions pas à la façon des verrières de Center Parcs, véritables havres de paix et de détente pendant les saisons froides (attention ne pas secouer...).


Dans l'ordre un art des maitres verriers, puis un objet de souvenir, un lieu de repos, un goodies, un objet marketing, un packaging d'alcool, un prétexte contre les pellicules, une affiche de film, un symbole hors media et enfin un site web pour des bagnoles... selon moi la meilleure explication de l'effet boule à neige...

 

01 février 2010

To beef or not to beef

De retour avec Arcimboldo pour fêter à la fois le cultivateur, le consommateur et le penseur culinaire, avec tout d'abord cette exposition presque permanante (2/2/10 au 2/1/11) à la cité des sciences et de l'industrie : l'Alimentation dans tous ces états. A l'heure de l'obésité, cette exposition ludique /permet aux jeunes adolescents de découvrir les ressorts de leur alimentation, et pas seulement par l'exposition de leur tube digestif, mais également par  l'utilisation de statistiques, de comparaisons culturelles et bien entendu par la transmission de conseils en forme de commandements. Dans tous les cas, l'affiche fait mouche et nous mets l'eau à la bouche en annonçant l'expo avec un panel de légumes (l'idée d'origine d'Arcimboldo), mais également de fruits, de fromages, de poissons... 

Cite_des_sciens_bon_appetit

Histoire de ne pas simplement se borner à comparer deux publicités qui utilisent strictement le même concept, attardons-nous un peu sur le restaurant chilien "Mirador Del Alto" qui communique sur une position marketing +/+. En plus d'une belle vue (inclue à priori dans "Alto") vous aurez en effet droit à de la gastronomie, mais à du fun, de l'art et de la musique. Des publicités parfaitement réalisées pour promouvoir un restaurant qui n'est pas celui du coin de la rue, en témoigne ce clip en réalisé en 3D.

Un ARCIMBOLDO rieur pour ces quelques légumes,

CLOWN_2

Un DALI fondant pour le dessert (La persistance de la mémoire - 1931), et 2 gammes de piano comme outils pour le repas

Campagne_Mirador_del_alto

Voici enfin un travail magnifique de Till Nowak, designer allemand du studio FrameboX, dont le travail suivant s'inspire des créatures organiques de l'artiste suisse Hans Rudi Gieger (père d'Alien) et des légumes biologiques d'Arcimboldo. La confrontation de la biomécanique de HR Gieger, de la biogénétique d'Arcimbolo et de la technique du designer donne un résultat très impressionnant.

SALAD by Till Nowak

salad

2 bonus extras : le premier sur le site de Till Nowak, une sorte de making of en pdf de la réalisation de Salad, et le second l'interview vidéo de Till Nowak sur cette même œuvre. Si je trouve personnellement que le titre anglais "Salad" parait loin de ce qu'elle dégage, cette œuvre mettant ce carnivore face à son destin  est absolument remarquable; nul doute que son cerveau massif est entrain de penser quelque chose du type "to beef or not to beef"...

             

01 janvier 2010

Charm & Notes

Cette future catégorie très complète me permettra de vous donner mes pub préférées, mais également mes clips, quelques films et autres médias qui véhiculent le génie humain. Pour commencer deux clips magnifiques dans l'idée, dans la réalisation et le charme de ses acteurs ("Feel it All" de Feist réalisé par Patrick Daughter et "Lived in Bars" de Cat Power).


Posté par martingalle à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2009

Préliminaires publicitaires

Il y a une semaine, 9h00 du matin, je saisis pour une fois le "20 minutes" tendu par le présentoir humain, directement à la sortie du métro. Une fois au bureau, la surprise est grande de constater que l'éditeur de contenu a un peu forcé sur les préliminaires publicitaires. Après avoir été éduqué à la fausse "Couv' " par les quotidiens gratuits (20 minutes et autres Métro), nous voici en effet confrontés à 2 publicités avant d'arriver à la véritable "Une" du quotidien. J'essaie donc de comprendre comment la régie pub peut arriver à vendre la une de couv, puis la deuz de couv' , troiz", la quatr' et la cinq' de couv.

En tous cas, créativement c'est assez bien fait : d'abord un rouge Virgin qui ne trompe personne : ce n'est pas une fausse première de couv', c'est un protège cahier, en témoigne la qualité du papier. En page 2 nous découvrons les produits Virgin, assortis de leur étiquette de prix, ainsi qu'une seconde publicité aux mêmes tons que la première (rose vs rouge), mais utilisant la technique du teaser (sorte de masque en publicité), pour nous inciter à regarder le verso de ladite publicité. Enfin, la découverte simultanée de l'annonceur et de la vraie une du journal en pages 4 et 5 (le teasing de Thalys n'est toujours pas terminé, seule la marque est dévoilée, d'autres feuillets suivent au centre du magazine). Le journal nous donne donc 4 pages de publicité avant la Une. Le pire doit être à venir, en fin de numéro...

Page1

Page_2

Page_3

Le pire est évité, le journal ne se termine que sur une double page "Virgin" et sur une simple publicité pour la Française des Jeux. Point de Thalys à l'horizon, le train a filé en milieu de numéro. Au total donc : 7 pages de publicité  et 3 marques entourent le contenu du journal. Il va falloir bientôt renommer le journal : pourquoi pas "40 Minutes" ou "2 * 20 minutes" pour prendre en compte le temps d'éviction des feuillets de publicités. En plus d'une déviance publicitaire, pour moi une déviance en terme de développement durable avec une surutilisation de papier.

Page_4

Page_5

Après réflexion, l'originalité de ces placements réside dans le fait que le contenu journalistique est placé après la publicité. C'est tout simplement une copie du placement publicitaire adopté par la télévision : pas ou peu d'interruptions, mais un début et une fin de programme largement pénalisés par une série de publicités à n'en plus finir. Le même modèle appliqué à nos quotidiens papiers parait cependant hasardeux, puisqu'il sera facile, d'un simple revers de manche, d'aller chercher le sommaire (la Une). Par ailleurs, cela dénature le travail des journalistes avec une "Couv" qui n'a finalement plus d'importance puisque cachée au cœur de la promotion consumériste.

Ce numéro de "20 Minutes" pose donc la question de l'adaptation des placements publicitaires au support de contenu. Il parait peu évident en effet de voir des inclusions publicitaires au milieu des films (format papier appliqué au format TV), ou encore un cahier de publicités avant et après le contenu des journaux (format tv appliqué au format papier). Cependant on peut imaginer un croisement des formats publicitaires, comme le soulignent les formats de publicité sur YouTube ou encore cette innovation, qui rappelle les cartes postales grésillantes d'anniversaire :


Espérons juste que l'issue de la crise dans la presse ou à la TV ne soit pas l'accumulation de publicité. Cela reviendrait à un matraquage publicitaire hors du commun tel que seuls les ménages américain le connaisse. Un épisode de Greys Anatomy est par exemple interrompu par : une plage de pub avant le générique, une plage de pub après le générique, une plage de pub au milieu de l'épisode et une autre à la fin de l'épisode. Imaginez donc les coupures pour votre filmdudimanchesoir ! On appelle ça du low cost publicitaire : les prix sont réduits mais la recette est assurée par la multiplication des volumes. Au final c'est l'annonceur qui est perdant, puisque dans cette jungle publicitaire, le récepteur ne voit plus rien. Imaginez Claire Chazal au bout de 10 minutes de JT : "Et maintenant, chers téléspectateurs, une page de pub, avant de passer aux terribles tremblements de terre qui ont fait plus de 1000 morts en Turquie... ne quittez pas".

En fin de compte, la question n'est peut être pas "quand", mais "qui" osera en premier ?...

Posté par martingalle à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 novembre 2009

Le compte est juste

Dimanche dernier, TF1 a invité ses téléspectateurs à un diner de cons, non pas pour lui prendre encore un peu de temps de cerveau (pas que),mais surtout parce que pour la nième fois était proposé ce classique mettant en scène la fine fleure de la comédie française. Le succès du film, autant du aux acteurs qu'à la mise en scène, trouve sa force dans un scénario impeccable et très juste. Justement, c'est "juste" dont il est question aujourd'hui avec la scène le plus connue  : 25 secondes, et 5 fois le mot Juste.

Just_Leblanc

Un petit mot qui va droit au but et qui passe partout. Un mot simple, rapide et de couleur pastelle. Un mot qui est, en ce moment, juste partout et juste nulle part. C'est la raison pour laquelle concept store s'en empare.

Dès que je sors avec, je le vois partout. Quand je noue mes lacets, on me dit juste fais-le, quand je me rappelle mon adolescence, c'était juste une illusion ou just a dream,  Et plus ça va, plus ça devient compliqué : en marketing ou à la télé, c'est le juste prix, en mathématique ou en religion le juste milieu, en comptabilité la juste valeur. En humour c'est juste pour rire, en Amour juste pour un vie et même pour un soir c'est juste pour une nuit. En Histoire c'est Juste pour la vie, en publicité c'est juste ce qu'il vous faut et même en charcuterie c'est juste un Bridou. En bricolage on ajuste, en droit on justifie et au tribunal on rend la justice ! How are you ? I am just going crazy...

Passé au crible des tests, c'est donc un mot assez difficile à saisir. Aussitôt qu'on s'en approche ,il disparait. En permanence sur le fil du rasoir, c'est le "like" anglais, la petite marque du plus, de trop, ou de pas assez. Pour le définir, essayons de le remplacer : "Il est juste parti trop tôt", c'est "il est simplement parti trop tôt"; "il est tombé juste" - "il est tombé au bon endroit". "C'est un Juste parmi les nations", c'est un "un Sage pour l'humanité". Voici donc 3 définitions à ce mot de  précision, presque une ponctuation : simplicité, distance et sagesse. How are your doing ? I am just fine...

L'occasion maintenant de revoir quelques uns des exemples déjà cités dans le texte : "Just do It" de Nike, créé en 1988, la campagne du moment pour la sécurité routière "vous êtes juste un peu morts" (campagne 2009, ressortie des cartons de 2007) et une petite chansoninounette de Jean Louis Aubert, juste parce que je suis chauvin (il faut clicker partout).

justdoit

S_curite_routiere

Just_une_illusion

Tout ça pour dire que bon an mal an (en fait 2 en tout), concept store fête son anniversaire (le même âge que Melchior) avec juste un objectif : continuer à stocker les meilleurs idées. Et là, l'air de rien, je viens tout juste de vous livrer mon 100' article. Vous pouvez comptez, je ne me trompe pas, le compte est juste !

Posté par martingalle à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

14 novembre 2009

Plus rose que rose

Récemment les lapins Duracell se démultipliaient sur nos écrans. A la question du brief : "comment parler de notre pile la plus puissante", la réponse "l'union fait la force" est aisée. Et là vu la saga des lapinous, il suffisait de donner rendez vous à tout le terrier et de le mettre en forme de géant japonais, de géant du vent, ou de géant des animaux (quoique j'aurais utilisé un éléphant, je crois que c'est plus fort qu'un rhinocéros un éléphant) pour donner l'impression de puissance. Il est vrai que la réalisation est très belle (film). A noter d'ailleurs qu'en France, les lapins se regroupent en TGV, géant du rail. Lapins chauvins !

DURACELL_RHINO_Ultra


Sauf que personnellement ça me donne un peu une impression de déjà vu, et ça me renvoie au nouvel OMO qui lave plus blanc que blanc, ce grand slogan popularisé par Coluche lui-même !

Et puisqu'il est question d'OMO, veuillez, Mesdames, apprécier la dernière publicité pour le groupe danois Fleggaard (ca se prononce comme ça s'écrit) qui fait de sa communication un modèle de viral. Les films orientent les spectateurs sur des fausses direction pour revenir avec un raccourci visuel et sémantique très rapide sur les produits de la marque, avec humour s'il vous plait !

Comme quoi la publicité peux vraiment tout se permettre pour vendre, même des produits de consommation courante. Et comme je ne suis pas super fan de la publicité 2008  (pas super esthétique), je vous laisse avec cette autre publicité de Fleggaard pour plusieurs raisons (style juridique) : (i) vous aurez les pubs mainstreams sur plein d'autres blogs (ii) c'est sympa d'écouter une publicité en vrai gruttt (iii) vous verrez les produits de la marque et surtout (iiii)  vu que vous ne comprenez rien à la pub vous pouvez vous concentrer sur l'ambiance très seventies du film style Charly's Angel, ou James Bond. Enjoy !

Toutes ces femmes, et tous ces lapins, un post décidemment plus rose que rose...


Posté par martingalle à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 novembre 2009

Camping sauvage

Petit exercice de citation devant les caméras. Sur les murs du métro depuis quelques jours, vous pouvez apercevoir l'affiche suivante qui en ravira certains et en fera douter beaucoup d'autres. Première Urgence allie en effet des faits et un effet, celui de vous placer au milieu d'un camp de réfugiés politique, comme si vous passiez les pires des meilleures vacances. de votre vie Votre cauchemar, leur quotidien.

Premiere_Urgence

Cette publicité ne vous fait-elle penser à rien ? Allez petit retour quelques mois en arrière au moment de la tragédie du tremblement de terre italien. Au final, dixit Berlusconi, ceux qui ont tout perdu sont bien lotis : un toit de toile, des médicaments et un bon bol d'air frais pour tous. Un petit week-end de camping quoi ! A n'en pas douter le concepteur a exploité l'idée du guide Berlusconi.

Avec cette prochaine publicité, renversons donc le concept. Pourrez-vous deviner de quelle situation réelle est extraite cette publicité avec le plus grand footballeur de tous les temps ?

Et bien de cette fameuse conférence de presse tellement attendue suite à l'agression d'un supporter par Canto, dans laquelle le footballeur évoque les mouettes : "quand les mouettes suivent le chalutier, c'est parce qu'elles savent que des sardines vont être jetées à la mer".

Un peu d'autodérision ne fait pas de mal. Un camescope, un paysage sauvage et des mouettes ; juste de quoi se faire un petit petit we de camping sauvage !

Posté par martingalle à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 novembre 2009

Est-ce que tu viens aujourd'hui ?

Aujourd'hui is the armistice day. Personnellement je m'en fous, je m'insurge encore contre ce jour qui fait que les pauvres "Martin" n'ont pas de reconnaissance du jour officiel de leur fête. et il y en a tellement : Martin Guerre, martingalle, Martin pêcheur, Marty Mac Fly, Martin Scorsese, Martin Luther... Alors plutôt que de regarder les différentes façons de fêter l'armistice, regardons les différentes façons dont est fêté le prénom Martin en publicité, en télévision, en cinéma, en musique  et bien sûr en politique. 

Commençons tout d'abord avec l'expo que j'ai ratée, et je m'en veux, puisque le photographe est excellent et décalé. Il s'agit  d'une figure contemporaine de la photographie en la personne de Martin Parr dont l'exposition au Jeu de Paume s'est tenue jusque fin Septembre 2009. Je vous conseille un tour sur son site officiel contenant une bonne bio et quelques bouquins intéressants dont voici 2 extraits : "l'ennui en couple" et "Japonais endormis". C'est con mais c'est bon ;-)

bored_couples

Japonais_endormis

Également un petit tour, forcément, vers la publicité et la saga 9Télécom dans laquelle le directeur marketing incrédule et désabusé s'en remet à la fougue et à la connaissance de la publicité (clichée) du créatif de son agence : le bien nommé Martin.


En voici un peu plus avec ce réalisateur, directeur, producteur mais également acteur, comme joueur de publicité. Un bon exercice pour tester son niveau d'anglais avec Martin Scorsese.


Bien entendu, impossible de ne pas citer une chanson qui a reboosté le prénom Martin, celle de La Grande Sophie.


Je ne pouvais terminer sans citer le plus connu de tous les Martin, celui qui fait des rêves éveillés. En ces temps d'espoir marqués par la commémoration de la chute du mur de la honte, pourquoi ne pas voir, lire ou relire le discours mythique que Martin Luther King prononça le 28 août 1963 au Lincoln Memorial, discours clôturant la marche vers Washington pour le travail et la liberté.

 

Pour finir avec un peu plus en légereté, le clip I Want You du DJ français Martin Picandet (Solveig), un clip un peu à la con il faut le reconnaitre...


Et par tradition familiale, me voici donc à 10h00 du matin, obligé de répondre à l'invitation à déjeuner de Jennifer ma  chère mère : Martin, est-ce que tu viens aujourd'hui ?

(PSDLR : merci à l'excellent NicoChe de m'avoir fait pensé indirectement à cet article)

Posté par martingalle à 12:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 novembre 2009

Au pied des murs

Vous le savez, vous le voyez et vous l'entendez (pas singe, pas singe, pas singe), aujourd'hui nous faisons tous le mur avec la fête du 7304' jour de la chute du Mur de Berlin (Trademark), le premier pas de la réunification allemande (réunification officielle le 3 octobre 1990). Comme nous allons manger toute la journée et voir toute la soirée quelques reportages bien "mur", je vous propose donc de regarder cette édifice de béton de façon pourquoi pas, différente.

Depuis quelques semaines la fièvre monte en effet pour réaliser le meilleur direct de l'anniversaire de la mort du mur. Que de publicité pour un mur : voici une chose à laquelle le grand monde de la publicité n'était justement pas habitué, concentré uniquement sur le fait de cacher lesdits murs avec affiches et messages à caractère propagandistes. En témoignent ces premières publicités qui avaient le mérite de durer, parce que peintes à la main, ou encore ce mur en trompe l'œil dont la ville de Lyon s'est faite une expertise. L'occasion d'une belle ballade en province :

Image1

mur_peint

En désign, l'occasion également de faire un petit détour chez Stefan Ulrich vainqueur des International Design Awards 2009 avec ce Liquid Wall intéressant permettant l'interaction entre les environnements et la manipulation d'un mur en 3 dimensions :

liquidwall

liquidwall2

Voici enfin un petit saut du côté de la photographie avec le travail de Tamir Sher que je découvre à l'occasion de l'événement bisannuel "Photoquai" sur la quai Branly. Sur ce projet, le photographe explore l'impact des lignes, de la séparation et des connexions entre les choses et les humains. Cette connexion s'établit entre le bas de l'image "le caractère éphémère de notre monde" et le haut de l'image "l'éternité naturelle de l'univers".

Image2

Image4

Au bout de l'article, je ne peux manquer d'évoquer le mirifique projet des Pink Floyd et plus particulièrement de Roger Waters "The Wall". Lien facile avec le héros du jour me direz vous ? Oui et non, car l'origine du projet "The Wall" (un album, un concert et un long métrage) est bien la volonté d'établir un mur physique entre les spectateurs et la scène, du à l'exaspération du groupe de voir les spectateurs drogués et alcoolisés faire n'importe quoi à leurs concerts. L'album raconte l'histoire de Pink anti-héros moderne, construisant un mur imaginaire pour se protéger du reste du monde (en psychologie, le mur est une façon de ne pas faire face à la réalité). La chanson Outside the Wall achève l'album par la meilleure des promesses, celui d'une époque nouvelle. De loin la plus méconnue, voici cependant cette chanson, puisque la destruction est l'espoir du jour.

PSdlr : vous connaissez sûrement la barrière de Palestine ou encore la frontière mexicano-américaine, mais connaissez-vous la DMZ en Corée, la ligne verte à Chypre, le mur de Padoue en Italie ou encore la forteresse américaine à Ceuta et Melilla (article) ? Tous ces murs ont été érigé en protection des intérêts souverains des seigneurs des lieux. Tout comme au Moyen-age... A peine évoqués depuis quelques jours, l'anniversaire de la fin des deux Berlin, est peut-être l'occasion unique de mettre nos dirigeants au pieds des murs.


Posté par martingalle à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 novembre 2009

Labyrinthe mortel

Les visuels suivants reprennent le concept du labyrinthe dont le principe est de perdre son visiteur : en publicité donc, le premier réflexe sera de l'utiliser pour vendre un produite permettant de retrouver son chemin facilement. Amnesty Internacional (Chili)  utilise cependant le labyrinthe comme le parcours, le chemin à une cachette. Plus précisément, celle d'armes que les chiliens dissimulent afin de se protéger contre toutes intrusions extérieures. Le message souligne qu'une fois la cachette mise à jour par des enfants, un accident peut arriver très vite...

BED_1

CAR_1

Slogan & Direction : Amnestia Internacional : the game ends when they find it / Save your life, give your gun / disarming your house campaign stop / act denounce. Advertising Agency: Unitas/RNL, Santiago, Chile / Executive Creative Director: Pancho González / Creative Directors: Armando Macchi, Koop González / Art Director: William Araya /  Copywriter: Jaime González / Account manager: Alexis Sfeir.

Regardez bien le dernier visuel sur la voiture, si vous prenez un peu de recul (vu que vous êtes fans de concept store), vous reconnaissez facilement un visuel utilisé par Peugeot pour vanter les mérites de son GPS intégré, cf le visuel ci-dessous et l'article précédent. Si le concept reste utilisé de la même façon (à part l'absence d'enfant dans les print d'Amnesty Internacional), le message est fondamentalement différent : "procurez vous une Peugeot avec GPS intégré et votre récompense sera grande, vous ne serez plus jamais perdus" versus "attention, si vos enfants trouvent le chemin de vos armes, la récompense peut être mortelle"...

37991035_p

PSdlr (PS de la rédaction) : attention nous ne sommes pas chez  l'excellent Monsieur JoeLaPompe à comparer des visuels très similaires voire à en dénoncer une pâle copy, right ? Non le but ici est de voir qu'avec deux visuels très proches, les messages peuvent tout de même être différents. Allez dans le genre "labyrinthe graphiquement simple", voici un dernier print pour une marque que j'affectionne particulièrement dans sa façon optimiste de voir la vie : "Keep Walking," by Johnny Walker, ainsi que pour les fans de David Bowie, un extrait du film Labyrinth, sortie en 1986 avec, entre autres, Jennifer Connelly. Voyage étrange au pays des Elfes. Comme d'habitude la musique vaut le détour...justement !

Image1

Labyrinth_7

Posté par martingalle à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 novembre 2009

Super Heroes hyper bon marchés

De loin je me suis dit que cette nouvelle publicité pour Office Dépôt était vraiment cheap. D'ailleurs mon appareil photo a pensé la même chose que moi avec cette photo un peu floue. Certes, l'idée du couple de superhéros c'est relativement nouveau, mais le fait qu'ils se battent pour les meilleurs prix, ça me parait du déjà vu. Espérons au moins que sa femme  ou  son "plan d'une histoire" lui fera changer de slip.

Office_Depot

Il y a tout de même un petit quelque chose qui m'a interloqué sur cette publicité : les initiales sur les costumes des superhéros : SP et QG. Piqué par la curiosité, je suis donc allé faire un tour in websitu chez Office Depôt. A ma grande surprise la campagne n'est pas du tout cheap, elle est même très bien orchestrée avec des bannières sur le site, un site dédié et notamment un film franchement kitch comprenant : une voix off à la IAM, une BO à la daft punk et un graphisme conforme aux comics originaux. Je suis donc bien content du voyage, j'ai même gagné un affect positif pour la marque, car je trouve la campagne décalée juste ce qu'il faut ! Au final SP = Super Promo et QG = Qualité Girl. Il fallait y penser, le prix ne suffit plus, il faut se battre en plus pour la qualité.

Office_Depot_2

Office_Depot_3

A mon tour maintenant de vous emmener voir quelques uns de nos superhéros marketés, avec toujours la même question, mais que sauvent-ils ? Captain Assure (BNP Paribas - 2009) sauve votre épargne en vous (le petit plus est que la campagne montre, en plus du superhéro, le super ordinaire qui se cache derrière la cape, votre conseiller). Super petit bonhomme (Champion - 2008), quant à lui, sauve votre pouvoir d'achat (c'est un enfant, ce qui est suffisamment rare pour le souligner) en vous donnant des "Super Pouvoirs d'achat".

Captain_Assur

Champion

Non effectivement ce n'est pas une blague, mais une belle récupération de la publicité propagandiste de Sarkozy. Heureusement la chanson du dimanche a tout compris en récupérant aussi (peut-être) la publicité de Champion.  Par un heureux hasard, que concept store tient à souligner, le dimanche justement les magasins sont fermés (pour combien de temps encore...), le pouvoir d'achat est donc sauvé ! ihhhahhhh.


05 novembre 2009

Les initiales de la lumière moderne

AI : Les campagnes de pub de Novembre vous informent que certains marketers ont des idées de génie. La meilleure façon d'illustrer ces idées  ? Tout simplement cette bonne vieille ampoule à incandescence (AI) avec un petit visuel remplaçant le filament doré. Nordnet (FAI historique du Nord, aujourd'hui propriété de FT) tord le filament mais laisse passer la lumière pour faire apparaître le  "€" de Euros (désolé ce n'est pas très visible sur la photo). Le Crédit Mutuel quant à lui (rendez-vous épargne clarté du 2 novembre au 5 décembre) enferme dans le bulbe ses clients en prétextant que leur idée leur apportera confort et tranquillité. La dolce vita au Crédit Mutuel...

Nordnet__2_

Photo0179

ABC : Un seul hic à tout cela, le fait que les ampoules à filament ne soient plus dans le vert du temps ! Que faire ? Doit-on remplacer le symbole de l'idée par une ampoule basse consommation (ABC), ampoule dont rien que l'opacité  représente un désaveu flagrant pour  la transparence véhiculée par le Crédit Mutuel ? Ces ampoules ont en effet des formes si étranges et elles ont une image si blafarde collée au cul(ot) que les français ont quelques réticences à les adopter. Comment donc communiquer avec une ampoule moderne ? Un début de réponse avec, au choix, David Lucibel qui essaie de coller au filament, ou Goliath EDF qui veut changer les perceptions jusque dans les symboles.

David_Goliath

Slogans : des solutions internet qui ont du génie (Nordnet), des idées pour une épargne plus sereine (Crédit Mutuel), la belle idée (Lucibel), le 29 mars, nous changeons d'heure, changeons d'ampoules (EDF)

LED : cet article aurait été incomplet s'il n'avait pas évoqué le dernier sujet luminescent : les LEDs (Light Emitting Diodes ou diodes électroluminescentes en français) avec ce beau projet d'éclairage portable et discret réunissant la fonction et la forme de la fonction dans un packaging très sympa. Ce presque tour de magie by Harc Lee (portfolio) est rendu possible grâce à l'utilisation des diodes de taille si pratique. Il faut savoir que ces LED sont plus économiques que les ABC et ont une durée de vie plus longues. Un peu plus d'économies de coûts et c'est l'avenir...

pocket_550x388

pocket2_550x342

Pour une fois qu'on s'intéresse aux LEDs (lire tout haut), affaire à suivre...

Posté par martingalle à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 novembre 2009

A (sub) way to a tube underground

Pour bien commencer la journée, il faut repenser à celle d'hier, enfin surtout si elle a été sympa. Sinon il vaut mieux penser à cette journée comme une nouvelle journée qui commence. Enfin bref, tout ça pour dire que ce post s'inscrit dans la droite ligne de celui d'hier. Pourquoi ? Parce qu'une des plus belles campagnes reprenant le concept du plan de métro a été sortie par  SONY en 2008. Dans cette campagne, la marque change le nom des stations, (avec des artistes d'origine uniquement), utilise les écouteurs comme des nœuds ferroviaires, et bien entendu conserve les exacts lignes des plans originaux. Pas convaincus ? Cliquez donc sur chaque image pour vérifier !

LONDRES

sonylondon

NEW YORK

sonyny

SYDNEY

sonysydney

Tout ça pour dire que sur ces publicités, le concepteur-rédacteur s'est vraiment tiré les cheveux pour compléter les dizaines de stations de métro de chaque plan. Au final en terme d'efficacité c'est sûrement la campagne que je préfère en comparaison de celles postées peu avant. Et ce qui est chouette dans tout ça c'est qu'un bon alliage de franglais chez nos amis australiens de Sydney nous indique que "The Metro Sydney" est également une belle salle de concert à Sydney. Du plan de métro à la musique il n'y a donc qu'un pas, celui de l'annonceur de la campagne, SONY. Donc music time ! (Tout est lié, c'est vraiment bien foutu concept store...). Pour vous donc, le clip de Feist en direct au Metro Theater à Sydney, avec la magnifique "I feel it all". Un live au Métro, c'est un tube underground non ? :

Mais une fois que vous avez vu ça, vous ne pouvez pas manquer le clip officiel de cette même chanson qui est tout simplement splendide, pour moi de l'art à l'état pur, que dis je à l'état nature. Celle qui entoure la chanteuse, et le naturel qui qu'elle dégage pendant tout ce plan séquence. Une grande enfant !

Posté par martingalle à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

03 novembre 2009

Comment garder la ligne...

A l'heure ou les applications d'Iphone, les GPS sophistiqués et les mappys désabusés vous conduisent comme des robots au point voulu, il est un plan que vous continuez à observer sur du vrai papier : c'est celui du métro. Des lignes régulières, des couleurs identifiables, des angles étonnants et beaucoup de stations. De quoi tourner et détourner le concept dans tous les sens, et éventuellement s'y perdre...

C'est ce que fait depuis début Octobre la société Marque Avenue nous vendant sa campagne de soldes (du 26 octobre au 7 novembre). Et en effet, pour la marque au logo "underground londonien" (cliquez sur l'image), quoi de mieux que de vendre son réseau avec le métro ? Le concept général est là, mais les stations ont disparu au profit des noms de marque, ce qui rend le concept un peu plus osé ! Au final le visuel reste malheureusement un peu cheap...

Marque_Avenue

Si on change de ligne au profit des régies de transport cette fois-ci, on s'aperçoit qu'elles sortent régulièrement leur carte de jeu favorite : la RATP souhaite ses meilleurs vœux (merci Cécile) à ses usagers en 2009 (tout en continuant de préférer "Aimer la ville" plutôt que ses clients...), et les transports de Barcelone nous informent, par un visuel reprenant uniquement les couleurs des lignes, que les métros circuleront toute la nuit du 31, mon visuel préféré.

VOEUX_RATP

Barcelona

Voici enfin 2 publicités utilisant les symboles de la carte de métro afin de vendre d'autres services ou produits : ses connexions pour Aspirina ("Find Relief"), son réseau pour un court métrage "The Terrorist" ("who is the biggest ennemy : terrorists or your own paranoia and prejudices" ?). Ce dernier visuel traduit d'excellente façon cette baseline interrogeant les conséquences de vos peurs, en grande partie développées et véhiculées par les médias. Bon article à ce sujet dans le dernier numéro de Libération.

aspirinarelief

The_Terrorist

En bonus, la version trop rapidement présentée de la désormais classique Web Trend Map 2009 (Information Architects), une bonne façon de tester vos connaissances web. Le but de cette carte est de classer les sites web les plus influents selon leurs lignes de service. Cela devient désormais un must, cf les cartes 2008 ou 2009 (moins lisible).

Et pour finir n'oubliez donc pas : réseau, boulot, conceptstore, dodo !

Posté par martingalle à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 novembre 2009

Une journée mortelle

Toutes les fenêtres de mon appartement se sont parées aujourd'hui d'une couleur grise, humide et froide. A ce rythme là, seul le rideau tiré peut me sauver de la tristesse d'un temps mortel... Et justement ça tombe bien aujourd'hui c'est le jour 1, le 1er jour du mois de Novembre, celui consacré à nos morts et plus particulièrement à leur dernière demeure.

Symbole premier de la mort, le crane déshumanisé offre une plateforme de choix pour dénoncer les maladies modernes comme ci-dessous le SIDA (l'originale avec Dali en premier plan, photo par Philippe Halsman en 1951, du livre "in voluptate mors", repris par l'affiche du film "The Descent"), l'alcool au volant ou la famine en Afrique. Autre maladie mortelle dénoncée pourtant par son promoteur lui-même au travers de la publicité pour son parfum "le poison": l'idolâtrie narcissique, forcément symbole d'autodestruction.

tete2mort_450

Image3

tete2mort2

Slogans : "Protégez-vous" (AIDES), "Saying goodbye is hard enough" (MADD - Mothers Against Drunk Driving), "Save Africa from Starvation", Poison (DIOR)

Pourtant, le crâne humanoïde peux être interprété autrement que dans une simple vision morbide de la mort. Pendant 2 jours le Mexique nous donne ainsi l'exemple d'une fête ("Dia de los Muertos" (jour des morts)  dans laquelle la mort et son crâne étendard sont célébrés dans un esprit joyeux : les squelettes jouent et chantent. Le crâne n'est plus le symbole de la  mort, mais bien celui de a vie éternelle !

1601665_2149611

Pour finir, laissez moi vous faire partager cette magnifique chanson d'Eugenia Leon, une des plus grandes voix du Mexique. Appréciez ce clip souterrain superbe dans lequel la tristesse des personnages et leurs émotions apparaissent dans un visage épuré du superflu. Un stress et une détresse palpable dans l'antichambre du paradis. Un clip mortel !



Posté par martingalle à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,



Fin »