on_airJe vais essayer de tenir la distance pour une série de posts consacrés à un des 4 éléments : l'air. Une occasion intéressante de montrer dans quelles mesures nous interagissons avec ce monde intermédiaire entre la terre et le ciel : comment l'utilisons-nous, qu'y faisons-nous, comment le regardons-nous, comment nous y déplaçons nous... et quelle imagination nous y développons, nous pauvres terriens.

Pour commencer, partons de l'actualité avec le film du moment "Up in The Air", remake du livre de Walter Kirn (2001), réalisé par Jason Reitman (débuts officiels avec The Office US saison 5, bankable avec Juno), avec monsieur Georges Clooney (what else): un film bien essayé dans lequel un spécialiste en licenciement comprimé dans son rôle, essaie malgré lui de redescendre sur terre. Quelques scènes bien travaillées et le regret que les plans d'avion ne se rapprochent pas de terre à la mesure de son acteur principal. Dans l'ensemble on regarde l'heure, on se surprend à chercher la machine à café, on rit parfois et on en tire quelques bonnes morales. Pour anecdote, on y trouve également une belle musique de fin ayant remis le musicien Kevin Renick sur les rails (ici). Ci-dessous deux couvertures duécrit livre pour mieux apprécier comment les choix graphiques de chaque édition entraînent le lecteur sur des pistes différentes. Dans ce film, l'air est donc philosophique, mais pour mieux nous ramener à terre.

IN_the_air

En regardant si quelqu'un avait bien pu marcher en l'air comme Jésus l'avait fait sur l'eau, nous nous orientons vers un dessin animé anglais du début des années 80  "The Snowman" (sorte de Pinocchio de neige) avec ci-dessous la superbe VO d'un générique aux faux airs de Peter Pan. Si l'air peut donc être porteur, c'est également le sol de notre imagination.

John Paul Young nous donne également une petite idée de ce qu'il peut bien avoir dans l'air, en plus d'une forte odeur de crise et de pollution: c'est bien entendu l'Amour, notion ultra présente dans notre société de consommation moderne, sauf dans mes draps. Une bande son et un slogan repris maintes et maintes fois par la publicité. Pour la St Valentin 2010, c'est la maison Cacharel, légitimée par son parfum Amor Amor, qui a repris la rengaine sur un site dédié, et en août 2007 c'était Cadbury qui utilisait un Gorille et la chanson de Phil Collins "In the Air tonight" pour une vidéo virale exceptionnelle. L'air qui permet la communication par la transmission des sons et des odeurs est donc également transmetteur de notions intangibles (sentiments, pigments, rumba...).

Et puisqu'avec ce dernier exemple, nous sommes "on air", c'est à dire en enregistrement, rappelons nous la scène d'Air Guitare du film de Rémi Bezancon "Le premier jour du reste de ta vie", dans lequel Marc André Grondin (CRAZY, Che 2' partie) interprète le champion de France d'Air Guitare. Attardez-vous sur le site belge du genre qui nous donne quelques perles et un rendez vous pour son prochain championnat (ci-dessous le championnat 2009, sur une bande son du groupe Finnois Sweatmaster Animal qui vaut le coup), c'est énorme ! L'air est ici absence et transparence.


En bonus un retour sur le groupe mythique AIR, avec le clip très terre à terre "Playground Love" qui est déjà intéressant pour un  titre pesant dans son association lexicale. Composé d'extraits du film Virgin Suicide (Sofia Copolla, Kirsten Dunst, Josh Hartnett...), il inclut étonnamment le chanteur sous la forme d'un ... chewing gum. On aurait peu s'en passer...